Le phare du Planier Marseille

Le Phare du Planier,Marseille

L’Ile du Planier à 15 km de Marseille assez petite est entourée de récifs qui affleurent et furent responsables de nombreux naufrages.

Le nom provençal de l’ile est Illon de Piania,dérivé du latin Planitia,ile plane.

aquarelle Michel Bois

Un premier phare fut édifié en 1320 à la suite d’une ordonnance de Robert d’Anjou,ordonnant à chaque patron de barques accostant Planier d’y apporter 1100 pierres pour sa construction.La tour mesurait 12,50 m au sommet de laquelle on brulait du bois et du charbon.

En 1774,un nouveau phare,tour génoise de 20 m de haut fut construit,le feu était constitué de 14 lampes à huile placées au milieu de réflecteurs en cuivre argenté.Ce système peu efficace fut remplacé en 1819 par une invention d’optique qui révolutionna l’éclairage des phares:les lentilles de Fresnel,juxtaposition de lentilles annulaires concentriques moins sensibles à la chaleur et de très bonne qualité optique.

Une 3ème tour est construite à partir de 1825.

L’électrification amena la construction d’une 4ème tour de 58 m en 1876,toujours avec l’optique de Fresnel qui au mois de décembre 1942 fut remplacée par une optique de fortune et mise à l’abri;c’est un officier allemand,ingénieur dans le civil qui s’en chargea avant que les troupes de la Wehrmacht ne bombardent la rade de Marseille.La lentille fut retrouvée intacte dans le Luberon,aux alentours de Cucuron,à la Libération.

L’ile abrite aujourd’hui un 5ème phare, phare de pleine mer, érigé en 1947 après la destruction du précédent lors de la seconde guerre mondiale et entouré d’une résidence pour les gardiens et leurs familles.Automatisé depuis 1986,le phare est maintenant fermé au public.

L’ilot comporte de très beaux fonds marins avec des épaves,notamment le Chaouen,un cargo de nationalité marocaine échoué en 1970 et un avion de chasse Messerschmitt Bf 109 abattu en mars 1944.

Messersschmitt Bf 109

A voir aussi:les Iles du Frioul:

https://michelbois.fr/blog/les-iles-du-frioul/

L’Abbaye de Moissac (Tarn et Garonne)

L’Abbaye de Moissac

Selon la légende, l’abbatiale de Moissac aurait été fondée par Clovis. Mais en réalité, son fondateur est vraisemblablement l’évêque de Cahors, Didier (entre 628 et 648). L’abbatiale a dû faire face à des raids arabes, normands, hongrois, avant d’être affiliée à l’ordre de Cluny en 1047. Sa reconstruction est entamée au XIe siècle par Durand de Bredon.

Le cloître est achevé en 1100 sous l’abbatiat d’Anquistil (1085-1115) ainsi que le portail. C’est l’ époque de l’apogée de l’abbaye qui possède alors des dépendances jusqu’en Catalogne.L’abbaye est remarquable par la finesse de sa sculpture, unique dans le Sud-ouest de la France.Les 76 chapiteaux qui l’ornent représentent les trois temps de l’Eglise, l’Ancien, le Nouveau Testament et la vie des martyrs :  une véritable bande dessinée qui se déroule sur les 4 faces de chaque chapiteau.

Chef-d’œuvre de l’art roman, le portail de Moissac en impose par sa monumentalité. Ses divers éléments, tympan, voussures, linteau, trumeau, piédroits, présentent un riche décor sculpté.

détail du portail,le prophète Jérémie ,sculpture

 

 

La ville est ensuite saccagée en 1212 par Simon de Monfort (mais les sculptures sont sauvegardées). L’abbatiale perd progressivement son influence.En 1466, l’abbaye est détachée de Cluny et perd son autonomie (abbés commendataires). Elle est sécularisée en 1626. En 1789, elle est transformée en fabrique de salpêtre et les figures des chapiteaux du cloître sont mutilées.

En 1846, elle est classée monument historique. Ceci n’empêchera pas les promoteurs de la ligne  Bordeaux-Sète de vouloir raser le cloître quelques années plus tard pour permettre le passage du chemin de fer. Finalement, seul le réfectoire et la cuisine seront détruits.

Le galet de Terpon,Antibes

Le galet de Terpon, également connu sous le nom de « galet d’Antibes », vestige archéologique retrouvé à Antibes en France en 1866 comporte une des plus anciennes inscriptions grecques de Gaule connues. Il est conservé au Musée d’archéologie d’Antibes.

ΤΕΡΠΩΝ ΕΙΜΙ ΘΕΑΣ ΘΕΡΑΠΩΝ ΣΕΜΝΗΣ ΑΦΡΟΔΙΤΗΣ ΤΟΙΣ ΔΕ ΚΑΤΑΣΤΗΣΑΣΙ ΚΥΠΡΙΣ ΧΑΡΙΝ ΑΝΤΑΠΟΔΟΙΗ

Ce galet, ou plutôt cette très grosse pierre  en serpentine de forme ovoïde mesurant 65 cm de long et pesant 33 kg, a été trouvé par le docteur Mougins de Roquefort sous le crépi du pied-droit de la porte d’entrée d’une « bastide », dans le quartier de Peyregoüe, à l’ouest d’Antibes. La maison ayant été construite par un marin, certains se sont demandé si le galet était local, ou s’il avait été ramené à l’occasion d’un voyage. Mais les résultats de tests pétrographiques ont permis d’établir qu’il s’agit d’une pierre locale, ainsi que l’inscription.

L’inscription, gravée en ionien, est datée de 450/425 av. J.-C. et dit :

ΤΕΡΠΩΝ ΕΙΜΙ ΘΕΑΣ ΘΕΡΑΠΩΝ
ΣΕΜΝΗΣ ΑΦΡΟΔΙΤΗΣ
ΤΟΙΣ ΔΕ ΚΑΤΑΣΤΗΣΑΣΙ ΚΥΠΡΙΣ
ΧΑΡΙΝ ΑΝΤΑΠΟΔΟΙΗ

Ce qui se traduit en grec standard :

Τέρπων εἰμὶ θεάς θεράπων σεμνῆς Ἀφροδίτης
Τοῖς δὲ καταστήσασι Κύπρις χάριν ἀνταποδοίη
.

Et, en français :
« Je suis Terpon, serviteur de l’auguste Aphrodite,
que Cypris accorde sa faveur à ceux qui m’ont confié cette charge ».

ou : « Je suis Terpon, au service de la vénérable déesse Aphrodite.
Puisse Cypris donner en retour du plaisir à ceux qui m’ont placé ici »

Dans la mythologie grecque, Terpon est un silène, c’est-à-dire un satyre devenu vieux, Aphrodite est la déesse de l’amour et de la sexualité et Cypris est l’un des noms chypriote de la déesse grecque Aphrodite.

Selon Hypolythe Bazin ,universitaire(1855-1907), »le sens de l’inscription ,la forme particulière du galet,et aussi ce que nous savons sur le culte rendu à la Vénus orientale,honorée par les Antipolitains,tout cela nous conduit à considérer le caillou roulé d’Antibes comme la représentation d’un énorme phallus,déposé en offrande,dans un but pieux,sur l’autel de la déesse de la génération »[génitrice].

A voir au Musée d’archéologie d’Antibes:

http://www.antibes-juanlespins.com/culture/musee-d-archeologie

 

Paul Eluard:Poissons

Paul Eluard, Poissons

 

Paul Éluard, poète français né à Saint-Denis en 1895 et mort à Charenton-le-Pont en 1952, a adhéré au dadaïsme , un mouvement intellectuel, littéraire et artistique du début du xxe siècle, qui se caractérise par une remise en cause de toutes les conventions et contraintes idéologiques, esthétiques et politiques,et fut l’un des piliers du surréalisme en ouvrant la voie à une action artistique engagée.

poème Poissons et lettre manuscrite de Paul Eluard

 

Aquarelle Michel Bois