Comment une petite cité du Midi, modeste village de pêcheurs à côté de Nice est devenue, en l’espace de près d’un siècle, la capitale mondiale du cinéma et du tout-médiatique, une des villes françaises les plus célèbres… Le monde entier connaît la ville de Cannes, grâce à son Festival international du film, depuis 1946. Pendant le festival, la ville voit sa population tripler et doit accueillir sur moins de 2000 hectares plus de 200 000 personnes… Un nouveau territoire urbain apparaît avec ses rites, ses codes, ses circulations protocolaires, ses « nouveaux habitants », artistes, critiques, cinéphiles, photographes, chasseurs d’autographes, badauds en tout genre… Pendant dix jours, un « Hollywood éphémère » se construit au bord de la Méditerranée, créant pour tous ceux qui y participent une expérience hors du commun.  Ville de calme et de repos créée d’abord par l’aristocratie anglaise qui y apporta sa végétation exotique et y construisit ses villas de légende ; ville de têtes couronnées qui déplaisait tant à Guy de Maupassant ; ville de plaisirs et de fêtes inventée par de riches Américains oisifs tels Francis Scott Fitzgerald, Zelda et leurs amis qui choisiront bientôt les grands hôtels et palaces de La Croisette comme lieux de vie sur la Riviera. Dans l’après-guerre, la Croisette devient en effet le lieu emblématique de cette ville de villégiature : les riches s’y croisent et les gens de peu viennent admirer leurs belles toilettes…Avec artistes et critiques, revenons sur leurs expériences de la ville et du festival, écoutons quelques moments historiques de cette ville rêvée qui ont construit Cannes, comme « ville-légende » avec ces lieux-clés : l’ancien Palais ou l’âge d’or des premiers festivals, le temps du « Cannes-village » si bien immortalisé par les photographies des frères Traverso : les vedettes circulaient librement entre l’ancien palais et la rue d’Antibes, où l’on ne s’étonnait pas de croiser Orson Welles, seul sur la Croisette, où les critiques-cinéphiles s’affrontaient au Blue Bar à la sortie des projections.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder