Henri Guillaumet,pilote des Lignes Latécoère, a ouvert des voies aériennes dans les Andes, l’Atlantique Sud puis l’Atlantique Nord.

Potez 25 aquarelle Michel Bois

Le 13 juin 1930, alors qu’il traverse les Andes pour l’Aéropostale, malgré une météo toujours aussi exécrable, pour sa 92e traversée des Andes, aux commandes de son Potez 25, immatriculé F-AJDZ.

Après avoir vainement tenté de se faufiler à travers la montagne par la voie habituelle, celle du Nord, il opte pour un passage au Sud, en espérant un temps plus clément. Mais pris dans des vents rabattants d’une tempête de neige et sans aucune visibilité, il ne parvient pas à repasser les à-pics et fini par se poser aux abords de la Laguna Diamante,lac situé à une altitude de 3 250 m, après avoir cherché un passage dans la montagne pendant 2 heures, jusqu’à la panne d’essence. Mais, durant l’atterrissage, la neige qui s’accumule devant ses roues finit par bloquer son avion qui effectue un « pylône » et se retrouve tête en bas.

accident Henri Guillaumet dans les Andes 1930

Bloqué par la tempête de neige, il passe les deux premières nuits enveloppé dans son parachute, dans un abri qu’il a creusé dans la neige sous l’aile de son avion retourné. Puis, au matin du 3e jour, alors que le temps s’est calmé, il aperçoit dans le ciel un avion parti à sa recherche. Il tire une fusée de détresse mais l’avion continue sa route sans le voir. De dépit, il décide de partir à pied, après avoir inscrit sur la carlingue de son avion ; « N’ayant pas été repéré, je pars vers l’Est. Adieu à tous, ma dernière pensée sera pour ma femme ». Il emporte sa petite valise contenant seulement une boussole, une lampe électrique, un petit réchaud, à alcool solidifiée, des allumettes et quelques vivres – de la viande en conserve, du lait condensé et du rhum- puis il se met en route en estimant qu’avec 3 à 4 jours de beau temps et de lune claire, il pourrait marcher jour et nuit et accomplir les 60 kilomètres qui le séparent de la plaine d’Argentine. Très vite fatigué par le froid et l’altitude, il se force à ne jamais s’endormir, sachant que le sommeil risque d’entraîner sa mort. « Après deux, trois, quatre jours de marche, on ne souhaite plus que le sommeil. Je le souhaitais. Mais je me disais : Ma femme, si elle croit que je vis, croit que je marche. Les camarades croient que je marche. Ils ont tous confiance en moi. Et je suis un salaud si je ne marche pas ». Il ne le savait pas, mais il n’était qu’à un jour et demi de marche d’un village argentin, or il choisit la mauvaise direction, ce qui explique qu’il dû marcher pendant cinq jours et quatre nuits avant de rencontrer un adolescent argentin de 14 ans, Juan Gualberto Garcia, et sa mère, qui le recueillent près d’un ruisseau. Les secours sont prévenus par le père de l’adolescent et Guillaumet est alors conduit au village de San Carlos où il est récupéré par son ami Antoine de Saint-Exupéry. L’exploit, que les habitants des vallées résument parfaitement « Es imposible », construit la légende de cet homme discret au milieu des grands noms de l’Aéropostale. À Antoine de Saint-Exupéry, venu le rechercher, il déclare, « Ce que j’ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l’aurait fait ».

A la fonte des neiges en décembre 1930,une équipe se charge de déterrer et de rapporter l’avion encastré dans le sol.Les sacs de courriers sont alors récupérés par l’Aéropostale qui prendra soin de faire acheminer chacune des lettres rescapées en les tamponnant avec la mention « Retard du au service ».

 

Antoine de Saint-Exupéry lui dédiera, presque 10 ans plus tard, son livre à succès, « Terre des Hommes », dans lequel il relate l’aventure de son ami. Contre toute attente, Guillaumet effectuera malgré tout 393 traversées de la Cordillère

 Henri Guillaumet sera abattu alors qu’il pilote un quadrimoteur Farman F 2234 no 3  pourtant facilement identifiable à ses « bandes d’armistice » orange imposées par les Allemands,  par un chasseur italien  au-dessus de la Méditerranée le 27 novembre 1940.

 

Catégories : AvionsHistoire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder