Henri Jean Guillaume Martin, dit Henri Martin, né à Toulouse le  et mort à Labastide-du-Vert le , est un peintre post-impressionniste français dont la peinture aux  touches courtes, séparées et parallèles construit  formes et lumière, dans un chromatisme idéalisé et propice au rêve...

Henri Martin effectue son apprentissage à l’École des beaux-arts de sa ville natale de 1877 à 1879, dans l’atelier de Jules Garipuy. Muni d’une bourse municipale, il part en 1879 pour Paris où il devient l’élève de Jean-Paul Laurens. Le  il épouse à Toulouse Marie Charlotte Barbaroux, pastelliste rencontrée aux Beaux-Arts de cette ville. De leur union naîtront quatre fils dont deux deviendront peintres de paysages et de portraits.

Au début du XXème siècle,le peintre  pose ses pinceaux à Labastide-du-Vert, petit bourg du Lot.au début du XXe siècle.

Henri Martin,Labastide-du Vert Musée Henri-Martin Cahors

Henri Martin achète en 1900 le domaine de Marquayrol à Labastide-du-Vert. C’est un village paisible dont la vie est rythmée par les saisons et les travaux des champs. Au milieu des maisons se dresse, comme un fanal, l’église dont la cloche égrène les heures. Le peintre  entreprend là, durant quarante ans, une véritable expérimentation artistique, menant des recherches sur la lumière, les ombres, « lourdes d’heure en heure », et les associations chromatiques mais aussi sur le cadrage et l’inscription de la tension des lignes sur la surface de la toile.

Les bords de Garonne,les rêveurs,Capitole de Toulouse

Henri Martin, tout en s’éloignant des thèmes symbolistes, en gardera toujours la poésie mystérieuse des attitudes, l’atmosphère secrète et diffuse des paysages et une certaine spiritualisation des formes baignées par la sérénité des figures traditionnelles, de l’allégorie. Sa nature profonde le porte vers une expression apaisée d’un monde idéalisé dans un pointillisme aux touches élargies.

Quarante-trois toiles inédites du peintre Henri Martin ont été redécouvertes à Rennes, en 2012 dans une maison à l’abandon appartenant aux héritiers du collectionneur et magistrat Paul Riff, mort en 1929 . Vingt-six de ces quarante-trois œuvres sont datées entre 1892 et 1903. Cinq genres principaux se dégagent au plan thématique : symbolisme (12), vie rurale (10), figures (9), paysages (6) et religion (6).

Après avoir été exposées à Paris puis à Rennes, elles ont été vendues aux enchères à Rennes le . Elles ont été ensuite exposées au musée de Cahors Henri-Martin avant d’être remises à leurs nouveaux propriétaires. Lors de ces enchères, seize toiles d’Henri Martin ont été acquises pour le musée de Cahors Henri-Martin, où près de cinquante tableaux d’Henri Martin constituent le cœur du musée actuellement fermé pour rénovation.

Catégories : Peinture

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *