Les Naxi sont une minorité ethnique(un peu plus de 300 000 habitants) vivant dans le sud-ouest de la Chine, à la jonction des provinces du Yunnan, du Sichuan et de la région autonome du Tibet. Une société originale s’est développée dans ce carrefour d’échanges culturels, commerciaux et religieux depuis des siècles.

Lointains parents des tibétains, les Naxi sont à l’origine un peuple de pasteurs qui s`est sédentarisé. A l’époque du royaume Nanzhao de Dali, la région des Naxi connaît un grand développement. Le royaume Naxi de Lijiang devient au XIe siècle, sous les Ming, grâce aux rois Mu, un centre économique, politique et culturel avec l’épanouissement de la religion Dongba. 

Les prêtres-chamanes Dongba (« Ceux qui savent ») sont les premiers dépositaires des savoirs traditionnels et sacrés des Naxi. Se transmettant de maître à apprenti les savoirs et coutumes, les Dongba ont retranscrit les danses et chants rituels accompagnant plus de 130 cérémonies ainsi que leurs mythes et légendes au moyen de pictogrammes,seule écriture majoritairement pictographique utilisée de nos jours dans le monde.

Le pictogramme est une représentation graphique schématique, un dessin figuratif stylisé ayant fonction de signe.

Michel Bois,quelques pictogrammes : sources Jacques Poitou,extraits de He Pingzheng 2005,Pedro Ceinos Arcones

La religion Dongba, vieille de plus de mille ans, a été, au cours des siècles, influencée par la lamaïsme tibétain mais aussi par le taoïsme et le bouddhisme chinois.  Dans cette religion, les éléments de la nature sont considérés comme des Dieux qui régissent le monde.

Lors des rituels religieux, les Naxis dansent dans leurs costumes traditionnels qui rappellent ceux des tibétains. Ils chantent également des textes sacrés, écrits en écriture Dongba. Il existe actuellement 2000 ouvrages religieux en langue dongba dans lesquels sont représentés plus de 2000 pictogrammes. Ces ouvrages sont d’une importance cruciale pour comprendre la culture Dongba car ils nous informent sur la religion et les coutumes mais aussi sur la philosophie, l’histoire, la littérature, l’astronomie, la médecine, la faune et la flore ainsi que la peinture et la musique.

La culture Dongba est en effet très riche sur le point de vue artistique car cette dernière se transmet et s’exprime également par la musique et la peinture. On peut trouver à Lijiang, de nombreux rouleaux de peintures richement colorées, représentant des scènes religieuses ou des divinités.

Dongbas en train de lire

A voir Musée des arts asiatiques à Nice:

https://maa.departement06.fr/agenda/agenda-13390/dongba-35424.html?cHash=129df74acb1f0b8dd7ab6499986e5644

Catégories : ChineReligion

2 commentaires

SEUROT Jean-Claude · 17 mai 2020 à 11 h 51 min

Commentaires complémentaires :

Joseph Locke et Peter Goullart, « découvreurs » du peuple Naxi et de la culture Dongba

Lorsque l’Américain Joseph Locke (1884-1962) est arrivé en 1922 à Lijjiang, il a été profondément séduit par l’époustouflant paysage, les mystérieux pics de la Montagne du Dragon de Jade et par la culture du peuple Naxi. Il a vécu à Lijiang en tout pendant vingt-sept ans, il rassembla et ordonna un grand nombre d’informations sur l’histoire et la culture des Naxi, si bien qu’il fut reconnu par les milieux universitaires occidentaux comme le père de l’école Naxi.

Au cours de la même période, le Russe Peter Goullart est également arrivé à Lijiang, il y vécut 9 ans et a publié Le Royaume Oublié, présentant le magnifique paysage de Lijiang, la culture nationale unique des Naxi, contant l’honnêteté et la bonté de ce peuple.

Joseph Locke et Peter Goullart, bien qu’ils aient traité et analysé les Naxi de Liiang selon un point de vue différent, apprécièrent tous deux la vie insouciante et raffinée de Lijiang, la chaleur amicale des Naxi, ils y eurent une vie pleinement heureuse, s’y trouvant comme chez eux.

NB: Lijiang. depuis des générations , leur écriture pictographique unique et leur art extraordinaire de fabrication de papier traditionnel, est reconnu. , à partir de cet exceptionnel papier fait à la main selon les traditions ancestrales.

A découvrir: Le Royaume Oublié.et le Monastère de la montagne de Jade ( je crois exclusivement en Anglais). Auteur Peter Goullart.

sicchi1 · 17 mai 2020 à 15 h 41 min

merci,très intéressant.J’ai découvert ce peuple grâce à une exposition présentée par le Musée dép.des Arts Asiatiques à Nice.Exposition terminée depuis le 5 avril dernier:

https://www.cote.azur.fr/evenements/exposition-dongba-au-musee-des-arts-asiatiques/

bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *