statuette mingqi dame de Cour Dynastie Tang (618-907)

De l’avis de beaucoup d’historiens, la dynastie Tang est la plus puissante de l’histoire de la Chine. Succédant à son père, fondateur de la dynastie,Tai Zong,devient rapidement l’un des empereurs parmi les plus brillants..

Avec lui , la Chine va connaître l’une des pages les plus illustres de son histoire. Les ennemis les plus puissants de l’époque sont des Turco-Mongols. Mais après avoir essuyé plusieurs défaites face à l’armée de Tai Zong vers l’année 630, les Turco-Mongols reconnaissent la suprématie de la dynastie Tang et procèdent à l’échange d’ambassadeurs. Les autres états, moins puissants, adoptent la même attitude. Le rayonnement et l’influence de la dynastie Tang s’étendent dorénavant du Japon à la Perse, de la Mongolie à l’Inde. La nouvelle capitale, Chang’an, cité prospère et cosmopolite au centre de la Chine, devient la plus grande ville du monde.

 

Dans le domaine de la politique intérieure, Tai Zhong met en place une administration d’une redoutable efficacité en s’appuyant sur des fonctionnaires efficaces et intègres recrutés par concours généraux. De 618 à 751, la Chine connaît une succession sans précédent d’empereurs loyaux et compétents. De cette exceptionnelle série est d’ailleurs issue la première et unique impératrice de toute l’histoire chinoise, Wu Ze Tian.

Ainsi, la première moitié de la dynastie Tang constitue indiscutablement l’âge d’or de la civilisation chinoise. Puis, progressivement, les empereurs se laissent aller aux plaisirs de la vie. Ainsi en 755, le despotisme de la favorite de l’empereur, Yang Guifei, provoque la révolte du général An Lou Shan. Ce soulèvement ravage le pays et la capitale Chang’An. Bien que finalement écrasée, cette révolte affaiblit considérablement la dynastie et marque le début de son déclin.
Cependant, sa puissance extraordinaire lui procure encore suffisamment de ressources pour survivre pendant plus de cent cinquante ans avant de disparaître en 907.

L’étendue de l’empire et la grande stabilité politique favorisent les échanges économiques et religieux entre la Chine et des pays lointains tels que l’Inde et la Perse. Le bouddhisme connaît son apogée en Chine au début de la dynastie Tang.

Sous cette remarquable dynastie, vivent les plus grands poètes chinois tels que Li Ba et Du Bu. Il en existe des milliers d’autres moins connus mais non dépourvus de talents. Les poèmes les plus populaires sont regroupés dans « les 300 poèmes de Tang ». Ce recueil de poèmes fait d’ailleurs partie du patrimoine de la littérature chinoise.

Poterie exceptionnelle « mingqi » ,cette dame de cour d’une hauteur de 40cm est une statuette funéraire à l’élégante silhouette vêtue d’une robe volumineuse à manches pleines tombant dans des plis de balayage jusqu’aux socles pointus, les mains pliées à la taille et dissimulées sous les manches. Le visage est finement rond avec les yeux crayonnés, le nez mince et les petites lèvres serrées. La dame est vêtue d’une coiffure élaborée surmontée d’un topknot.

Exécutés dans un moule bivalve, cuits à basse température et peints, ces mingqi ou substituts funéraires(l ’usage des sacrifices humains des dynasties Shang et Zhou disparaît, remplacé par des statues d’argile)sont alignés dans des niches creusées dans les murs du corridor d’accès des tombes tang. 

 

Avoir aussi:

https://www.guimet.fr/collections/chine/dame-au-chignon-mingqi-substitut-funeraire/


0 commentaire

Laisser un commentaire