La IIIème République était née  dans des conditions difficiles. Le gouvernement provisoire décide de continuer la guerre déclarée par la France le 18 juillet 1870. Les Allemands atteignent rapidement Paris qu’ils assiègent. Gambetta, ministre de l’Intérieur du gouvernement de défense nationale, quitte Paris en ballon pour appeler la province à la levée en masse. Mais les troupes ainsi constituées ne parviennent pas à rompre l’encerclement prussien. La ville subit des bombardements réguliers et souffre du manque de nourriture. Pour permettre aux Parisiens de ne pas tomber dans la misère, le gouvernement décrète le moratoire des dettes et des loyers. Des armes sont distribuées aux volontaires qui forment une garde nationale.
Le 17 octobre 1870, Victor Hugo adresse une lettre à  Eugène Rascol,éditeur du Courrier de l’Europe, hebdomadaire publié en français à Londres:

«17 oct. Paris

Je vous envoie un cordial serrement de main.Tout est bien.

 Paris est admirable on se défendra jusqu’aux dernières extrémités. Je suis heureux d’être au milieu de ce danger superbe. La France sera sauvée, n’en doutez pas et sauvée par elle seule ce sans aucun secours étranger.C’est cela qui est beau». 

Victor Hugo

Vente Aguttes mars 2019:16 900€
Affranchissement à 40c à l’aide de 2 paires 10c lauré obl. GC 3997 (TOURS) . Au recto cachet d’arrivée LONDON PAID-24-OC-70 et PD encadré rouge. Au verso grand cachet rouge des Aérostiers « REPUBLIQUE FRANCAISE – Nadar Dartois Duruof », càd ambulant Paris à Caen 22 OCT. 70, cachet ambulant Caen à Paris 22 OCT. 70. PLI CONFIÉ AUX AÉRONAUTES DU VICTOR HUGO.
A partir de septembre 1870, Paris est assiégé par les allemands. Toutes les communications avec le reste du territoire français sont coupées. Le seul moyen d’expédier du courrier est la voie des airs. En août 1870, l’ingénieur Nadar, célèbre photographe et caricaturiste, fondait la Compagnie des Aérostiers militaires. Cette entreprise fabrique des ballons qui seront utilisés au début du conflit pour des taches d’observations ou de réglage de tirs. En général ce sont des ballons captifs car reliés au sol. L’idée est alors d’utiliser ces ballons pour acheminer hors de Paris du courrier.
Nadar donne à un des ballons le nom de Victor Hugo et invite l’écrivain à assister au départ le 20 octobre mais l’aéronef décolla deux jours plus tôt .Victor Hugo manqua ainsi l’événement.Victor Hugo conserva, en souvenir, l’invitation de Nadar et la colla sur une page de ses « Carnets intimes» non sans avoir rageusement arraché de l’enveloppe le timbre-­poste d’alors qui représentait le profil, couronné de lauriers, de « Napoléon le Petit »
Jusqu’à sa mort, en 1885, il restera une des figures tutélaires de la république retrouvée — en même temps qu’une référence littéraire incontestée.. Il meurt le  la suite du décret du 26 mai 1885 lui accordant des obsèques nationales voté par 415 voix sur 418.Il est conduit au Panthéon. On considère qu’environ deux millions de personnes et 2 000 délégations se sont déplacées pour lui rendre un dernier hommage, le cortège vers le Panthéon s’étire sur plusieurs kilomètres. Il est alors l’écrivain le plus populaire de son temps ; il est déjà depuis plusieurs décennies considéré comme l’un des monuments de la littérature française.

« Les siècles, tour à tour, ces gigantesques frères, 
Différents par leur sort, semblables en leurs vœux, 
Trouvent un but pareil par des routes contraires»

 Odes et Ballades, Livre deuxième, « L’histoire ».

A voir aussi:

https://michelbois.fr/2016/09/25/ballons-montes-1870-1871/

 


0 commentaire

Laisser un commentaire