Les huîtres sauvages ont de tout temps été recherchées. Les Romains quant à eux étaient très friands d’huîtres plates et  Louis XIV était un grand amateur des plates de l’estuaire de la Seudre.

L’élevage des huîtres existe depuis plusieurs siècles, pour faire face à la régression des bancs naturels.

Sous le Second Empire, les huîtres connurent un tel succès qu’en 1852, donnant suite à un rapport alarmiste du ministère de l’agriculture et du commerce relatif à la chute de la production des gisements naturels d’huîtres, l’administration maritime a dû réglementer la drague qui n’était autorisée que du 1er septembre au 30 avril, du lever au coucher du soleil.

Napoléon III fit nommer Victor Coste à la tête d’une mission chargée d’aller voir et de comparer les méthodes utilisées pour capturer et élever les huîtres sur les côtes de France et d’Italie. Victor Coste allait devenir le père fondateur de l’ostréiculture moderne en créant les premiers parcs à huîtres. Nommé inspecteur général des pêches maritimes, il développe ainsi des expériences d’huîtrières artificielles.

Victor Coste.jpg

Victor Coste (1807-1873) Naturaliste, zoologiste, professeur

À l’époque, les cabanes en bois des ostréiculteurs servaient à entreposer le matériel et à vendre leur production, en vrac ou en gros.

Dans l’Île d’Oléron,le port du Château-d’Oléron est un important centre de transit d’huîtres, la commune étant une des composantes majeures du bassin de Marennes-Oléron (avec Marennes et La Tremblade).

De nombreux parcs à huîtres ont été aménagés à l’emplacement d’anciens marais salants, formant une véritable mosaïque de terre et d’eau. Dans ces bassins (ou « claires »), les huîtres engraissent et acquièrent une teinte et un goût unique sous l’action d’une algue microscopique, la navicule bleue. Plus de 100 entreprises vivent de cette activité et sont pour la plupart installées sur le port et sur le chenal d’Ors.

Le chenal d’Ors, et ses  nombreuses cabanes , se jette dans le pertuis de Maumusson près du viaduc. C’est le plus long chenal ostréicole et l’un des plus beaux de l’île d’Oléron sur une longueur de plus de 1,5 km.

Le chenal d’ors ,Oléron,aquarelle Michel Bois

A voir aussi:

L’huitre,un infini plaisir

Le Bassin Marennes-Oléron

 

 

Catégories : Atlantique

0 commentaire

Laisser un commentaire