Abdürrechid Ibrahim (1857-1944) était un ouléma tatar, un dignitaire religieux musulman de Sibérie occidentale ; suite à la victoire du Japon sur la Russie en 1905, il décide de visiter ce pays, alors devenu l’espoir de tous les orientaux face à l’oppresseur colonialiste occidental.

Abdürrechid prend des notes lors de son voyage à travers tout l’Orient de 1908 à 1910, en se concentrant sur son séjour au Japon; pendant 4 mois, il  étudie la société japonaise, tentant de percer le mystère de sa modernité et de sa force,notamment sur la publicité déjà omniprésente.

Un tatar au Japon,voyage en Asie 1908-1910 Actes Sud 2004, Le goût du Japon Mercure de France 2014

aquarelle Michel Bois 21X27 cm

« Au Japon,la publicité est incomparablement plus développée qu’en Europe.Le commerce marche avec la publicité,les expositions et les annonces.

A Yokohama déjà,j’avais été stupéfié de la quantité d’annonces visibles.Ensuite,en me rendant de Yokohama à Tokyo par la route,le chemin de fer ou le tramway électrique,je fus frappé par les annonces de différentes formes qui se succédaient sans interruption des deux côtés de la voie.Pourtant ce n’était rien encore comparé aux enseignes lumineuses que j’ai vues le soir à Tokyo..Dans cette ville,on ne peut trouver une maison sans enseigne électrique.Il est vraiment étonnant de voir toutes ces annonces accrochées aux portes des maisons,aux poteaux télégraphiques qui bordent les rue,collées sur des cabines spéciales ou suspendues dans l’air.

Un japonnais nommé Jintan a par ailleurs inventé une pilule célèbre dans tout le pays que l’on appelle d’ailleurs la pilule de Jintan.Il paraît que cet homme dépense trois cent cinquante mille yens par an rien que pour la publicité,ce qui équivaut à quarante mille livres.Dans n’importe quelle rue de Tokyo,on peut voir une publicité le représentant en uniforme d’amiral.A longueur d’année,toutes ces annonces sont illuminées par des lumières électriques de toutes les couleurs.Cette pilule a pour vertu supposée d’éliminer les mauvaises haleines.Si le fabricant d’une pilule éliminant les mauvaises haleines dépense quarante mille livre par an uniquement pour la publicité,on peut facilement se faire une idée de la quantité de pilules consommées,et des sommes dépensées par le peuple japonais pour se parfumer la bouche.Dans tout le Japon, on ne peut rencontrer une seule personne,homme ou femme,qui n’ait dans sa poche une pilule de Jintan. Elle est au Japon ce qu’est la cigarette en Turquie:chacun en a toujours un paquet sur lui.

Les annonces des grands commerçants sont encore plus somptueuses,plus étranges que les autres.On ne voit qu’elles,on pourrait passer son temps à ne rien regarder d’autre.Devant une telle quantité de voiture et un tel flot de musiques,j’avais presque l’impression que le monde entier défilait devant mes yeux. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *