Assurément, quiconque se trouvant à Madrid ne peut s’empêcher de regarder depuis la place de Cibeles vers les rues d’Alcala ou Gran Via, où se trouve un immeuble à l’architecture exceptionnelle à l’angle  formé par les deux rues.

aquarelle Michel Bois

L’emplacement de l’immeuble était occupé par la pension de la Croix-de-Malte, fréquentée par plusieurs célébrités historiques, dont Wilhelm von Humboldt,philosophe prussien et fondateur de l’université de Berlin, puis devenue pension de l’Amitié où logea notamment Théophile Gautier.

L’immeuble est construit à partir de 1907 sur un terrain libéré pendant la construction de la Gran Vía, à la suite de l’effondrement de la « Casa del Ataúd » (littéralement, « la maison du cercueil », elle était appelée ainsi à cause de l’étroitesse du terrain sur laquelle elle se situait), entre les rues d’Alcalá et du Caballero de Gracia .

Bâti sur les plans des architectes français Jules Février et son fils Raymond, pour la compagnie d’assurance La Unión y el Fénix , il est achevé en 1910 par l’architecte espagnol Luis Esteve Fernández-Caballero et inauguré le .

Acquis en 1972 par la compagnie d’assurances Metrópolis, il est restauré en 1996.

Sur un plan de forme à peu près triangulaire, l’immeuble s’articule autour d’une rotonde qui marque le carrefour, d’où s’étirent deux façades, l’une au sud le long de la rue d’Alcalá et la seconde qui donne sur la Gran Vía au nord.

Au-dessus de l’austère rez-de-chaussée, les deux premiers étages de la rotonde sont flanqués de colonnes corinthiennes doubles qui soutiennent un entablement servant de piédestal aux statues allégoriques du commerce, de l’agriculture, de l’industrie et de l’industrie minière, dues aux sculpteurs Mariano Benlliure, Paul Landowski et De Lambert.

Le dôme de style pompier qui la couronne est couvert d’ardoise et décoré d’incrustations dorées. Il était surmonté à l’origine par une statue allégorique en bronze du phénix, symbole de la compagnie, portant une figure humaine avec le bras levé représentant Ganymède, réalisée par le sculpteur René de Saint-Marceaux, figure représentative de ces nombreux artistes de la Troisième République en France.

Au moment de la vente de l’immeuble, les anciens propriétaires décident de retirer et de conserver la statue qui est depuis installée dans le jardin du siège de la Mutua Madrileña, au numéro 33 du Paseo de la Castellana. Elle est par la suite remplacée par une autre qui représente la victoire ailée, œuvre de Federico Coullaut-Valera. La compagnie Metropolis devient propriétaire des lieux dans les années 1970.


0 commentaire

Laisser un commentaire