Joseph Mallord William Turner, probablement né le 23 avril 1775 à Londres et mort le 19 décembre 1851 à Chelsea, peintre,aquarelliste et graveur britannique s ’est tout d’abord inscrit dans la veine anglaise.Son œuvre est marquée par une recherche novatrice audacieuse qui fait considérer celui que l’on surnomme le « peintre de la lumière » comme un précurseur de l’impressionnisme, avec son contemporain John Constable.

D’un tempérament rude et robuste, il fut un insatiable voyageur parcourant inlassablement, le plus souvent seul, l’Europe, en particulier l’Italie, la France, l’Allemagne et la Suisse. Partout, à la manière d’un reporter, il dessina ou reproduisit au moyen d’aquarelles, paysages, sites et monuments. Il léguera ainsi à l’État britannique, à sa mort, plus de 20 000 œuvres sur papier !

Turner effectua plusieurs voyages en France où il réalisera plus de 49 carnets de croquis qui constituent une poétique du voyage.Sur ces carnets de petite dimension, Turner dessine quelle que soit les conditions du voyage comme en témoignent les croquis schématiques et la légèreté du trait.la période est celle d’une histoire troublée,faite de guerre et de révolutions,allant du Consulat à Bonaparte jusqu’à la République du Roi-Citoyen Louis-Philippe,au cours de laquelle ne société amorce sa révolution industrielle.

L’un des carnets dont la date estimée se situe en 1828 porte l’indication « Marseille to Genoa ».

Views of Cannes and Antibes [Turner] circa 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21135

Vue de Cannes et Antibes  autour de 1828 Joseph Mallord William Turner

Antibes and Ste Marguereta [Turner] circa 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21140

Antibes et Sainte Marguerite autour de 1828 Joseph Mallord William Turner

Turner arrive à Nice sans doute par mer depuis Fréjus. Les premières vues Cannes et au-dessous Antibes sont faites au large. Depuis l’embarcation, les croquis portent sur les iles de Lérins .Il écrit Sainte Marguerite : la construction est celle du Monastère de Saint Honorat. En dessous, le cap d’Antibes se profile avec le beau lointain des montagnes du Mercantour. Les croquis de Turner fonctionnent comme des notes graphiques qui servent son œuvre de multiples façons et notamment en constituant un imaginaire paysager qui se retrouvera dans ses grandes compositions picturales.

Ainsi, dans une étude plus tardive(1838), où Turner interprète magistralement le paysage, il réalise une flamboyante aquarelle sur« les tours vermillon » au soleil couchant, créateur d’effets de lumière et de couleur qui mettent somptueusement en scène les éléments naturels. Il aboutit ainsi à une monumentalisation de ces tours dont les fortifications s’exhaussent dans le ciel.

Les-Tours-vermillon-vers-1838-de-William-Turner-etude-a-Antibes.

Antibes,les Tours vermillon vers 1838 William Turner

 Cette aquarelle a  tout d’abord été située à Antibes(le Chateau Grimaldi et le Fort Carré) puis à Marseille.Cette étude  postérieure aux voyages du peintre dans la région est plus vraisemblablement la reprise de croquis issus de ses carnets de voyage.Turner privilégie  ici,au delà de la représentation d’un site, la projection de fortifications sur le dessin et l’utilisation de couleurs puissantes qui donnent toute sa force à cette œuvre d’imagination.

A voir jusqu’au 18 septembre 2016:Turner et la couleur à Aix en Provence jusqu’au 18 septembre:

http://www.caumont-centredart.com/