Rembrandt_Portrait_of_Marten_Soolmans

Rembrandt,portrait de Maerten Soolmans

Rembrandt_Portrait_of_Oopjen_Coppit

Rembrandt,portrait de Oopjen Coppit

Les Portraits de Maerten Soolmans et de Oopjen Coppit sont deux peintures à l’huile  réalisées par Rembrandt en 1634.
Les deux jeunes gens se sont mariés l’année précédente le 9 Juin 1633.
Le mari,Maerten, porte un costume noir précieux de satin, dentelle, col et poignets et d’énormes rosettes blanches sur ses chaussures.La jeune femme Oopjen est représentée avec un éventail de plumes noires, des rosettes, des perles et une bague sertie de diamants sur une chaîne autour de son cou. Sa peau blanche contraste avec ses vêtements.
Maerten Soolmans (1613-1641) est le fils de Jan Soolmans, négociant en sucre d’Anvers,aux manières plutôt rudes, ayant fait partie à de très nombreuses reprises du consistoire de l’église protestante locale.
Oopjen Coppit, né en 1611, est une descendante d’une vieille et riche famille qui avait fait fortune dans le commerce du maïs et de la poudre à canon. La dot s’élève à  35 000 florins.
Maerten qui vit au bord du canal de Rapenburg à Leiden, a interrompu ses études.

C’est à cette époque que ces tableaux sont réalisés par Rembrandt. Ces deux portraits grandeur nature, debout, en pied sont exécutés dans un style habituellement réservé à la plus haute noblesse européenne. Soolmans a payé pour les deux peintures 500 florins , soit le salaire annuel d’un travailleur qualifié . La raison du choix du peintre Rembrandt n’est pas connue mais à cette époque, Rembrandt âgé de 28 ans, est bien introduit dans la haute société et reçoit de nombreuses commandes.

Le couple aura trois enfants Soolmans :Hendrick (1634), Jan (1636) et Cornelia (1637). On rapporte qu’en 1660, les deux portraits sont accrochés dans leur maison sur le canal Singel à Amsterdam.L’épouse Oopjen possède également un autre  tableau de Rembrandt :le vieil homme et la Sainte Famille.
Après la mort de Maerten Soolmans, Oopjen se remarie vers 1646 avec le capitaine Marten Pietersz Daij qui, après avoir commercé en Nouvelle-Hollande au Nord Est du Brésil ,vit à Maartensdijk dans la Province d’Utrecht.En 1650, il  participe aux travaux de défense d’Amsterdam .L’année suivante, le couple a  un fils baptisé Henderick  et réside sur le canal d’Herengracht (canal des Seigneurs), l’un des plus important d’Amsterdam.

Après la mort d’Oopjen en 1689 à Alkmaar, les portraits sont  la possession de la famille Ouwens Daij et censés représenter Maerten Ouwens et sa première épouse, Mathilde de Doornet.Ce n’est qu’au XXème siècle que les époux Maerten et Oopjen Coppit sont clairement identifiés.
En 1798, ils sont achetés par l’artiste RM Pruyssenaar  et M. Adrian M. Ouwens, un inspecteur des impôts pour 4000 florins aux enchères.Un an plus tard, ils sont revendus à Pieter van Winter pour 12 000 florins. Sa fille Anna Louisa Agatha Van Winter (1793-1877), mariée Esq. Willem van Loon (1794 au 1847), hérite de ces portraits qui seront ensuite  vendus par ses héritiers en 1877 au baron Gustave de Rothschild (1829-1911). Cette vente et le départ des Pays-Bas de ces chefs-d’œuvre ont donné lieu à de nombreuses polémiques.
Ces œuvres ont été la propriété de la branche française de la famille Rothschild pendant plus d’un siècle. Elles n’ont été exposées au public qu’une seule fois en 150 ans, lors d’une exposition organisée en commun en 1956 par le Rijksmuseum Amsterdam et le Museum Boijmans Van Beuningen de Rotterdam.
En septembre 2015,tout récemment,après une difficile négociation, le Louvre et le Rijksmuseum Amsterdam acquièrent dans un montage particulier ces deux tableaux  à la famille Rothschild, pour un montant de 80 millions d’euros pour chacun des deux musées. Ces derniers accueilleront les deux tableaux à tour de rôle les deux tableaux qui ne seront jamais séparés.L’accord n’est pas, à proprement parler, de la co-propriété, puisque l’œuvre française, une fois entrée dans les collections nationales, deviendrait inaliénable, mais l’équivalent d’un contrat de mariage établi sous le régime de la séparation des biens,ce qui est bien le moins que l’on puisse faire pour un couple de la Peinture aussi durable!

Catégories : Peinture

2 commentaires

catherine Dorochenko · 25 octobre 2015 à 21 h 54 min

Super intéressant Michel. J’adore tes articles d’histoire de l’art. Il y a toujours quelque-chose à apprendre…
Merci!
Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *