Acqueduc Antibes (3)

Aqueduc romain,Antibes,aquarelle Michel Bois

Dans le pays qui allait devenir Provence, terre romaine, Antipolis devient municipe romain,vers -43 avant JC, avec la possibilité de se diriger lui-même. La cité s’agrandit, profitant de la « Pax Romana » pour les deux siècles à venir ; elle se peuple encore plus, se développe et s’étend progressivement. A cette époque, deux aqueducs amenaient l’eau courante à Antipolis, celui de Fontvieille qui alimentait la nouvelle ville et pour ravitailler les parties les plus hautes celui de la Bouillide renforcé par les eaux de la Valmasque (la source de la Bouillide se trouve dans le parc de Sophia-Antipolis).

Scan10478

esquisse du tracé des deux aqueducs d’Antibes

La paix n’étant jamais acquise définitivement, à la fin de la période du Bas Empire (IV et Vème siècles ap. J.C), le monde romain entre dans une période de décadence : les ouvrages s’effritent pour finalement s’écrouler.
Toutefois, l’aqueduc de Fontvieille sera restauré et remis en activité durant un certain temps, sous les ordres de l’ingénieur d’Aguillon, vers la fin du XVIIe siècle.

Il ne reste aujourd’hui que quelques vestiges de ces ouvrages.

1280px-Plan_d'Antibes_1785

Plan d’Antibes en 1785 avec la représentation de la nouvelle alimentation en eau de la ville


4 commentaires

lucbol · 27 avril 2015 à 17 h 14 min

Merci pour votre article très interessant présentant les tracés et cette belle carte ancienne. Pourriez-vous y indiquer où les aqueducs sont les plus visibles, svp?

lucbol · 29 avril 2015 à 20 h 59 min

Bonjour et merci. Étant quelques jours à Antibes, j’ai pu aller contempler cet ouvrage grâce à vos indications. En chemin, j’ai aussi remarqué une belle petite chapelle romane à l’abandon coincée entre le chemin Saint Claude et la zone commerciale (carrefour). Le temps semble s’y être arrêté… En espérant que la pression foncière ne la fasse pas disparaître…

Laisser un commentaire