Victor de Cessole et Le Mercantour

Victor de Cessole(1859-1941)

 

    Victor de Cessole est issu d’une famille aisée, les Spitalieri de Cessole, connus et appréciés dans la Comté de Nice. Son grand-père paternel, le comte Hilarion Spitalieri de Cessole, fut président du Sénat de Nice de 1835 à 1845. Victor de Cessole grandit dans une atmosphère privilégiée et obtient après de bonnes études une licence de droit. Il mène alors une vie de notable. Érudit, passionné par de nombreux domaines, tels que la botanique, la minéralogie, la photographie, il fait partie de plusieurs associations et intervient régulièrement dans des sociétés savantes. Également humaniste, il s’occupe jusqu’à sa mort d’œuvres de bienfaisance.

Victor de Cessole se met à la montagne sur les conseils de son médecin. En 1889, il rejoint le Club alpin français de Nice, puis découvre les sommets aux alentours de Saint-Martin-Vésubie. Le mont Clapier, la cime du Gélas et la cime de la Malédie sont rapidement vaincus. Vient alors  la conquête des sommets des Alpes-Maritimes et de l’Argentera, suivie d’hivernales à partir de 1895. Scientifique, Victor de Cessole dresse scrupuleusement un inventaire des sommets. Accompagné d’un guide (le plus fréquemment Jean Plent) dans ses expéditions, il réalise de nombreuses premières. S’il n’est pas aussi bon escaladeur ou aussi sportif que les célèbres alpinistes qu’il côtoie, il sera résolu dans ses ascensions.

scan10011mercantour

Le Mercantour,aquarelle Michel Bois

« Que dire en effet de cette  vue merveilleuse si particulièrement remarquable ce jour là?Presque unique par son ampleur,elle l’était par la sublime antithèse de la mer ,de la pleine et des monts!C’était le désert et c’était la vie se succédant sous le regard émerveillé!Quand je rappellerai que l’œil pouvait,parcourant le cercle de l’horizon,observer très nettement la chaîne des Alpes jusqu’au massif du Mont-Rose avec les fières pyramidées du Cervin et du Viso,tous deux rois des Alpes par leur splendide isolement,puis le département et les cimes des Alpes-Maritimes,les côtes lointaines de la Provence et dans la haute mer l’île de la Corse avec ses montagnes saupoudrées de neige,je n’aurai indiqué que d’une façon sommaire et imparfaite les points extrêmes de cette impressionnante vision,que l’on chercherait sans doute vainement en dehors de quelques sommets de la chaîne des Alpes Maritimes. »

Victor de Cessole et Fernand Noetingenter,La Suisse Niçoise,Sirius,1982

Catégories : LittératureMontagne

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :