Sospel est située à 20 km de Menton, à environ 350 m d’altitude, aux portes du parc national du Mercantour. Avec son célèbre Pont vieux  fortifié datant du XIIIe siècle, un des derniers d’Europe, Sospel est un bourg médiéval  sur le bord de la Bévéra.

Scan10657

Sospel,le Pont Vieux,aquarelle Michel Bois

Commune sous la tutelle des comtes de Vintimille au Moyen Âge, Sospel affirme très tôt son indépendance face aux revendications des comtes, contraints de faire acte d’allégeance à la république de Gênes qui avait des visées sur la région. Sospel cherche donc la protection du comte de Provence, seul contrepoids à l’hégémonie génoise.
Le 28 mars 1258, la cession de Sospel à la Provence est effective. Chef-lieu de viguerie, Sospel gagne en importance sur le plan administratif. Il existait en 1258 seulement 6 vigueries dans le comté de Provence : Marseille, Hyères, Draguignan, Nice, Grasse, Sospel (viguerie de Vintimille – Val de Lantosque) et 4 bailliages : Toulon, Saint-Maximin, Brignoles, Puget-Théniers. Il suffit de constater l’étendue de cette viguerie pour juger de l’importance de cette cité médiévale.
Le grand Schisme d’Occident permet à Sospel de devenir évêché dès 1378, en faisant pression sur le nouvel évêque de Vintimille, qui s’établit définitivement à Sospel. En représailles, le pape romain Urbain VI nomme un autre évêque à Vintimille. Un nouvel évêque, Pierre Marinaco, est nommé à Sospel en 1384, et ce dernier ayant été promu archevêque à Famagouste (Chypre) laisse le poste vacant. À la suite de l’élection d’un troisième souverain pontife en 1409 au concile de Pise (Alexandre V), l’église catholique romaine, en plein chaos, ne se soucie guère de trouver un remplaçant à Pierre Marinaco, et Sospel se retrouve donc sans évêque. Il faut attendre la fin de l’année 1411 pour que l’évêque de Vintimille pardonne à Sospel ses infidélités épiscopales pendant le schisme.
Face à la guerre de succession pour la couronne provençale, déclenchée par l’assassinat de la reine Jeanne, Sospel, tout comme l’ensemble du comté de Nice, fait acte de dédition à la Savoie en 1388. S’ensuit pour Sospel une longue période de prospérité entrecoupée par de terribles épidémies de peste. L’allégeance des comtes de Tende (les célèbres Lascaris) au comte de Savoie permet enfin la libre circulation des marchandises entre Nice et Turin, pour le plus grand bénéfice de la communauté de Sospel. À partir de la seconde moitié du XVe siècle, l’hérésie vaudoise commence à s’implanter dans les vallées et de grands bûchers sont organisés, ce qui n’entrave nullement le commerce florissant. Mais un fait majeur remet tout en  question  à long terme : en décembre 1481, la Provence est rattachée à la France. Le comté de Piémont-Savoie fait connaissance avec un nouveau voisin : le puissant royaume de France.
Dès 1614 et jusqu’en 1796, Sospel est le siège de l’une des quatre préfectures du ressort du Sénat de Nice.
Sospel fut un village très important au Moyen Âge avec le passage de la route du sel (existence d’un château dont il reste encore quelques ruines). Présence également de nombreux alchimistes à l’époque.

Sospel est dominée par la Cime du Pénas:altitude 1020 m

Scan10656

La cime du Penas,aquarelle Michel Bois

.

Catégories : MéditerranéeMontagne

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :