La Sainte Victoire vue de la Routre de Saint Marc

La Sainte Victoire vue de la route de Saint Marc

Henri de Maldiney:Sainte Victoire Cézanne 1990

Essayons de la voir en commençant par le plus simple:la montagne n’est pas située dans le paysage ,elle est le paysage.Un paysage n’est pas un site.Il est au contraire insituable.Il n’est localisable dans aucun système de référence.Il n’a lieu qu’en lui-même.Ne nous y trompons pas,l’expérience pure du paysage est rare.Dans le paysage nous sommes…n’importe où,c’est à dire nulle part,en nulle partie du monde,sans coordonnées ni repères.Nous sommes ici sous un horizon qui nous enveloppe.Notre ici est absolu,exclusif de tout autre,passé ou à venir:un ici en abîmes sous l’horizon qui s’ouvre à partir d’ici;Dans l’espace du paysage nous sommes perdus,perdus ici dans l’ensemble du monde.« Je viens devant mon motif.Je m’y perds,dit Cézanne….nous sommes un chaos irisé ».

sainte1

La Montagne Sainte Victoire,1896-1898,Musée de l’Ermitage,Leningrad

Henri Maldiney, né le à Meursault en Côte-d’Or et mort le 6 décembre 2013 à Montverdun (dans la Loire) à l’âge de 101 ans, est un philosophe français représentant la phénoménologie,démarche philosophique qui s’efforce de décrire le choses et le monde tels qu’ils nous apparaissent,pour dégager leur sens existentiel,leur sens pour nous,pour la conscience.

 


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :