Henri Matisse était venu à Nice fin 1917 pour soigner une bronchite mais à son arrivée à Nice il plut tout un mois. »Finalement je décidai de quitter la ville. Le lendemain le mistral chassait les nuages, il faisait un temps magnifique. Quand j’ai compris que chaque matin je reverrais cette lumière, je ne pouvais croire à mon bonheur. Je décidai de ne pas quitter Nice, et j’y ai demeuré pratiquement toute mon existence ».

Matisse, séduit par cette lumière, va multiplier les séjours dans la capitale de la Côte d’Azur. Il préfère désormais des locations d’appartement à l’hôtel. Il choisit toujours des sites disposant d’une vue sur la mer : Boulevard du Mont-Boron, Promenade des Anglais, extrémité du cours Saleya. En 1938 il opte pour les hauteurs de Cimiez où il acquiert deux appartements au troisième étage de l’ancien hôtel Régina, situé à proximité des arènes. Ce vaste espace lui sert à la fois d’appartement et d’atelier. En 1943 il quitte Nice pour Vence où il séjourne pendant cinq ans à la villa « Mon Rêve ». Mais lorsqu’il a besoin de grands espaces pour réaliser les compositions murales de la chapelle du Rosaire des Dominicaines de Vence, il revient dans le vaste appartement du Régina en 1949. C’est là que dans les dernières années de sa vie il expérimente les découpages de papiers gouachés en grandes compositions. C’est à Nice qu’il meurt le 3 novembre 1954, où il repose au cimetière de Cimiez. Une grande partie de l’œuvre de cet artiste majeur du XXe siècle, si diverse (dessins, lithographies, peintures, sculptures, découpages), celle de la maturité, a donc été réalisée à Nice, et porte la marque de sa lumière.
Les différents lieux où Matisse a séjourné permettent de suivre l’évolution de sa peinture.

Hôtel Beau-Rivage décembre 1917

Ma chambre au Beau-Rivage 1918

105 quai des Etats-Unis Mars 1918

Baie de Nice 1918

La Villa des Alliés,138 Bd du Mont Boron Mai 1918

Intérieur à Nice 1920

 

1 place Charles Felix ,Cours Saléya 1921-1938

Femme Assise le dos tourné vers la fenêtre ouverte 1922

Hôtel British ,Bd de Cimiez sept oct 1938 Le Régina nov 1938-1943,Vence puis1949-1954

La blouse roumaine 1940

« La quête de la couleur ne m’est pas venue de l’étude d’autres peintures, mais  de l’extérieur – c’est à dire de la révélation de la lumière dans la nature. »

Ecrits et propos sur l’art de Henri Matisse.


2 commentaires

Catherine Dorochenko · 18 février 2018 à 09:50

Merci Michel! J’adore tes articles sur l’art!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :