L’Ile d’Elbe et Napoléon

L’Ile d’Elbe et Napoléon

L’ île d’Elbe (224 km2) est entrée dans l’Histoire lorsque Napoléon y fut exilé en mai 1814.
L’empereur déchu passa tout juste dix mois dans ce royaume miniature, taillé à sa mesure nouvelle, avant de s’enfuir, le 26 février 1815, pour tenter de reconquérir le monde… Il y a  200 ans.

Scan10781

Les tourments de Napoléon que les Anglais qualifiaient d’ « osseux »,de « décharné »

Dès qu’il débarque ,il fait hisser son pavillon à l’endroit le plus haut de Portoferraio. Une bannière qui est encore aujourd’hui le drapeau de l’île: fond blanc traversé d’une bande rouge diagonale parsemée de trois abeilles.

Scan10791

aquarelle Michel Bois

Durant la période elboise, Napoléon dynamise ce petit royaume. La construction de routes, ponts, renforcement des fortifications, irrigation des cultures procurèrent aux habitants de nombreux emplois. L’Empereur ne néglige aucun moyen qui permît d’en accroître les ressources. Ainsi, il recommande la plantation d’oliviers, de mûriers pouvant favoriser l’élevage de vers à soie, et suggère la culture de la pomme de terre. Il a également développé l’industrie minière, et le commerce viticole.

En plus de ces améliorations d’ordre économique, l’Empereur a également développé les conditions de vie des Elbois. Pour cela, il crée un hôpital. Portoferraio, avant son arrivée, présentait tous les aspects d’une bourgade insalubre où chacun jetait ses détritus dans la rue. Il a pris les mesures adéquates pour offrir aux Elbois de meilleures conditions d’hygiène.

Scan10772.web

Portoferraio,aquarelle Michel Bois

Toutefois,l’argent pour payer les travaux entrepris ainsi que le train de vie de Napoléon et de sa cour pléthorique qui devait en principe provenir des revenus fonciers de l’île, notamment des mines de l’État, et des taxes sur le sel et les pêcheries, ainsi que des deux millions de francs devant être versés annuellement par la France se révéla insuffisant. De plus, en l’absence de ces deux millions qui ne furent pas versés , les impôts et les taxes ont été augmentés bien au-delà de ce que les douze mille habitants de l’île étaient habitués à payer.

Les villageois de Capoliveri firent battre en retraite les soldats envoyés pour collecter les impôts impayés, anciens et nouveaux. Une deuxième force de deux cents hommes fut dépêchée sur les lieux et les deux prêtres qui avaient incités à la résistance furent arrêtés et traduits devant un tribunal militaire où ils échappèrent de peu à la peine capitale. Les habitants de l’île se plaignirent à l’agent britannique Campbell, lui demandant protection contre « les exactions de leur souverain ».

Le départ de Napoléon devait mettre fin à l’insatisfaction grandissante de ses sujets.

Laisser un commentaire