Le Palais Doria Tursi à Gênes

les Palais génois

La Strade Nuove et le système des palais des Rolli dans le centre historique de Gênes datent de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle, lorsque la République de Gênes était au sommet de sa puissance financière et maritime. Le site représente le premier exemple en Europe d’un projet de développement urbain loti par une autorité publique dans un cadre unitaire et associé à un système particulier d’hébergement public dans des résidences privées tel que décrété par le Sénat en 1576.

Le bien comprend un ensemble de palais de la Renaissance et du Baroque bordant les ‘rues neuves’ (Strade Nuove). Alors que la ville connaît une forte croissance de sa richesse au cours du XVIe siècle, les riches familles aristocratiques construisent un nouveau quartier dans la partie supérieure de la ville au nord des rues étroites bordées de bâtiments médiévaux extrêmement denses avec des rues et des palais disposés de manière formelle. La conception de ces nouvelles rues est attribuée à l’architecte Galeazzo Alessi qui a aussi conçu plusieurs grands palais de la ville.

Les résidences, appelées Palazzi dei Rolli, offrent une extraordinaire variété de solutions techniques différentes, ils ont une valeur universelle par leur adaptation aux caractéristiques du site et aux exigences d’une organisation économique et sociale spécifique. Ils constituent également un exemple original d’un système public de résidences privées qui avaient l’obligation d’héberger les visiteurs d’Etat.

Bien que les différents palais aient adopté des solutions techniques différentes, en particulier pour s’adapter à la topographie locale, ils partageaient des caractéristiques communes. Les palais comportaient généralement trois ou quatre étages, associant les halls d’entrée à de spectaculaires escaliers ouverts, des cours et des loggias surplombant des jardins. La décoration intérieure comportait des fresques et des stucs.

Le Palazzo Doria-Tursi ou Palazzo Niccolò Grimaldi se situe au numéro 9, de la via Garibaldi dans le centre historique de Gênes.

aquarelle Michel Bois

Le palais est érigé à partir de 1565 par Domenico et Giovanni Ponzello pour Niccolò Grimaldi, appelé « le Monarque » en raison du grand nombre de titres nobiliaires et de ses étroits liens qu’il entretenait avec Philippe II,roi d’Espagne 1527-1598, et dont il était le principal financier.

C’est l’édifice le plus majestueux de la via, seul bâtiment construit sur trois lots de terrain, avec deux grands jardins avec loggia encadrant le corps central. Les grands balcons donnant sur la strada ont été ajoutés en 1597, quand le palais devint la propriété de Giovanni Andrea Doria qui l’acheta pour son fils cadet Carlo, duc de Tursi, auquel on doit son actuelle dénomination.

La façade est caractérisée par l’alternance de matériaux de couleurs différentes : le rose de la pietra di Finale, le gris-noir de l’ardoise, le marbre blanc de Carrare. La façade principale se compose de deux ordres superposés. L’étage surélevé au-dessus de la haute corniche alterne des fenêtres à la conception originale avec des pilastres rustiques en saillie remplacés, à l’étage supérieur, par des pilastres doriques. Des mascarons grimaçants surmontent les fenêtres des deux étages, contribuant au rendu plastique de la façade.

Palais Dario-Tursi, vue d’en bas

Le majestueux portail en marbre est couronné par une sculpture représentant l’emblème de la ville de Gênes. Particulièrement innovante est l’inédite et la géniale solution architectonique qui avec la succession des espaces internes – atrium, escalier, cour rectangulaire surélevée par rapport au portail et escalier à double rampe – crée un merveilleux jeu de lumière et de perspective. Le palais représente le sommet du faste résidentiel de l’aristocratie génoise.

.


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :