Scan10917

aquarelle Michel BoisPosé sur l’océan entre la rive et le large, un îlot rocheux abrite la Koubba du Marabout de Sidi Abderrahmane près de Casablanca. Des familles entières y vivent grâce aux diseuses de bonne aventure, femmes qui lisent l’avenir dans les lignes de la main ou dans du plomb fondu.

dessin Michel Bois

Celles-ci prédisent le bonheur, jamais le malheur et promettent le bonheur et la fertilité à coup de gris-gris et de rituels. Y croit qui veut. Mais nul doute que ce petit bout de terre  pétri de mysticisme est considéré comme un paradis mythique, un lieu d’hospitalisation pour ceux qui ont perdu foi en la médecine : personnes atteintes de maladies telles que, la malchance, l’impuissance, l’envoûtement, le mauvais œil, la folie viennent y chercher remède.

 

Casablanca

L’histoire de cette île curieuse et minuscule, même si très fréquentée, est toujours entourée de mystère. On raconte que Sidi Abderrahmane y a échoué et vécu au XIXème siècle sur cette île, un homme saint originaire de Bagdad. Pieux et solitaire, cet homme aimait le contact avec la mer et la nature. Il se serait retiré sur cette île afin de fuir un monde trop cruel pour un saint homme. C’est ainsi qu’il vécut sur son île, priant jour et nuit. Il fut si généreux et serviable, qu’on décida de lui bâtir une maison sur son île. Le saint homme, préférant dormir à la belle étoile, refusa d’y loger. Dès lors, sa demeure devint une maison d’accueil pour tous les pèlerins. La légende raconte que Sidi Abderrahmane avait le pouvoir de marcher sur l’eau et pouvait ainsi voyager à travers des mondes accessibles à lui seul.


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :