Murielle Hladik est architecte DPLG et docteur en philosophie.
Membre du Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques contemporaines de la Philosophie (Université de Paris 8), elle enseigne aussi la philosophie à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne. 

Dans son livre ,Traces et fragments dans l’esthétique japonaise, Murielle Hladick explique les subtilités de l’esthétique wabi-sabi.

« Le wabi-sabi est une expression japonaise désignant un concept esthétique, ou une disposition spirituelle, dérivé de principes bouddhistes zen, ainsi que du taoïsme.

Le wabi-sabi relie deux principes : wabi (solitude, simplicité, mélancolie, nature, tristesse, dissymétrie…) et sabi (l’altération par le temps, la décrépitude des choses vieillissantes, la patine des objets, le goût pour les choses vieillies, pour la salissure, etc.). Le wabi fait référence à la plénitude et la modestie que l’on peut éprouver face aux phénomènes naturels, et le sabi, la sensation face aux choses dans lesquelles on peut déceler le travail du temps ou des hommes. »

Une illustration du wabi-sabi : le culte esthétique pour les pierres (jardin sec), ou le travail des bonsaï. Cette éthique apparaît au XIIe siècle ; elle prône le retour à une simplicité, une sobriété paisible pouvant influencer positivement l’existence, où l’on peut reconnaître et ressentir la beauté des choses imparfaites, éphémères et modestes.

Jardin sec,aquarelle Michel Bois

 

L’art du kintsugi, qui consiste à souligner d’or les failles d’un objet cassé au lieu de les masquer, s’inscrit dans le courant du wabi-sabi en invitant à admirer l’imperfection des fêlures de l’objet. Les bols (chawan) anciens, abîmés et réparés selon la technique du kintsugi, sont particulièrement prisés avec leurs cicatrices recouvertes d’or où l’imperfection est mise en valeur. »

exemple de kintsugi sur un bol

Catégories : Japon

1 commentaire

Catherine Dorochenko · 18 janvier 2019 à 22:35

Merci Michel, je trouve ce concept absolument magnifique. J’adore et je l’imprime pour mes archives . Grosses bises . Catherine

Laisser un commentaire