Le Greco 1541-1614,la Dame à l’Hermine

   

Dhomínikos Theotokópoulos,dit Le Greco est né à Candie (Crète) en 1541. Il vécut jusqu’à ses 26 ans sur son île natale, où il était un peintre d’icônes apprécié, dans le style post-byzantin. Résidant ensuite en Italie pendant dix ans, il adopta le style Renaissance, d’abord à Venise, adepte de Titien, puis à Rome, en contact avec le maniérisme de Michel-Ange. En 1577, il s’installa à Tolède, où il resta jusqu’à la fin de sa vie. Durant ces 37 années passées dans cette ville, l’art du Greco fut soumis à une profonde évolution. Dans un premier temps, il resta fidèle à ses sources italiennes. Mais vers 1600, les éléments artificiels et irréels de ses œuvres, principalement antinaturalistes et néoplatoniciennes, s’intensifièrent. Il mourut à Tolède en 1614.

La peinture du Greco se caractérise par ses personnages expressionnistes au visage allongé, ses compositions cataclysmiques, ses ambiances dramatiques, ses corps tordus et ses couleurs contrastées dans des matières qui semblent veloutées.
 

Le Greco,le partage de la tunique du Christ 1581-1586

 
 
 Vers 1577, le Greco peint un de ses plus grands chefs-d’œuvre (quoique atypique) : « La Dame à l’hermine ». Dans un style réaliste et très moderne il figure une créature au regard noir saisissant et à la petite bouche rouge pulpeuse richement vêtue d’un manteau à col d’hermine.
En 1838,à l’ouverture du « Musée espagnol » au Louvre,ce fut le seul tableau du Greco à trouver grâce aux yeux du public,qui y vit le portrait d’une fille bien-aimée du peintre,seul apaisement de sa démence…Aujourd’hui on l’identifierai comme Jeronima de las Cuevas,compagne du peintre et mère de son fils Jorge Manuel.Sur le rubis de la bague,certains ont cru lire la lettre grecque initiale du prénom de la jeune femme.Ce visage ovale aux grands yeux fixes évoque les icônes,et sa coiffure inspirée par celles des femmes de Crète,patrie de Greco.
 

Le Greco 1577-1579 La Dame à l’Hermine Pollock House Glasgow 139X109 cm huile sur toile

 

Sur un fond sombre une jeune femme regarde le spectateur, vêtue d’une robe de fourrure couvrant le reste de sa robe. Un voile transparent sous lequel apparaît de façon discrète un collier  couvre sa tête. La robe tombe dans l’obscurité derrière sa doublure en fourrure, qui peuvent être hermine ou lynx. La peinture est non signée, mais est attribuée au Greco.

 
Ce tableau entre autres a inspiré de nombreux peintres de peintres.
 
Cezanne
 
 

Paul Cezanne La Femme à l’Hermine d’après Le Greco 1886 huile 53X49 cm

En 1885-1886, Cezanne reproduit la Dame à l’hermine plus triste et dans des tonalités plus claires. Pour la petite histoire, ce morceau exceptionnel d’histoire de l’art n’a pas trouvé preneur aux enchères en 2012 chez Sotheby’s alors qu’il était proposé avec une estimation de 3,9 millions de dollars.

Giacometti

Alberto Giacometti La femme à la Fourrure Fondation Giacometti

A voir au Musée Paul Valéry à Sète:

EL GRECO
L’Immaculée Conception de la chapelle Oballe
du Musée de Santa Cruz de Tolède

Résultat de recherche d'images pour "immaculée conception greco"

 

http://museepaulvalery-sete.fr/Elgreco.php

 

 

1 thought on “Le Greco 1541-1614,la Dame à l’Hermine”

Laisser un commentaire