Cartes à jouer et peinture

Cartes à jouer et peinture

     Les cartes à jouer sont apparues en Europe à la fin du XIVe siècle.Très peu de textes et de jeux datent de cette époque ; il est donc difficile de savoir quelle est l’origine exacte des cartes à jouer. La seule certitude est que les cartes n’ont pas été inventées en Europe mais, plus certainement, celles-ci viennent d’Orient.

Les liens entre l’Europe et le Moyen-Orient sont nombreux, que ce soit par l’Espagne, alors occupée par les arabes, ou par les marchands vénitiens et lombards. On pense que l’introduction en Europe s’est faite à peu près simultanément par ces deux canaux.

Fabriquées et peintes à la main par des artistes reconnus, rehaussées d’or fin, les premières cartes à jouer étaient réservées à une élite fortunée.

Les jeux de cartes vont toutefois se démocratiser rapidement, avec l’utilisation de procédés de fabrication plus économiques : dans un premier temps, les cartes sont de très mauvaise qualité, avec des coloriages grossiers au pochoir; plus tard, l’imprimerie permet des progrès considérables. Dès 1420, des fabricants Suisses et Allemands produisent des jeux par milliers.

Jeu de divertissement dans les maisons, les tavernes, mais aussi parfois dans les couvents, le jeu de cartes va subir au cours du temps de nombreuses évolutions et interdictions tant des rois que des religieux.

Vers le milieu du 18e siècle, un dessinateur de cartes d’Agen eut l’idée de dessiner les figures de façon symétriques, pour éviter de devoir tourner les figures une fois les cartes en main. Pratiquement 100 ans plus tard, les jokers furent introduits aux jeux Américains (fin du 19e siècle) et ajoutés officiellement aux jeux français au début du 20e siècle. Ce sont maintenant les jeux que nous connaissons aujourd’hui.

Les joueurs de carte ont été fréquemment représentés en peinture à toutes les époques.

Le Caravage :Les tricheurs 1594-1595

Georges de La Tour: le tricheur à l’as de carreau vers 1636-1638

Paul Cézanne,les joueurs de cartes 1891-1895

   Joseph Leonard Goldstein, biochimiste et généticien, Prix Nobel de Médecine, s’est intéressé au thème des jeux de cartes dans l’art dans un article publié  dans le magazine Nature Medicine et intitulé : “Les joueurs de Le Caravage, Cézanne et Mark Twain : conseils pour provoquer la chance dans la recherche à hauts enjeux”.

En plus d’analyser les similitudes entre le poker et la recherche scientifique, Goldstein se penche sur certains tableaux (dont Les Tricheurs du Caravage, Le Tricheur à l’as de carreau de De La Tour et Les Joueurs de cartes de Cézanne). Dans l’article, Goldstein remarque qu’à la fin du 14è siècle, lorsque les jeux de cartes étaient devenus extrêmement populaires en France et en Italie, la tricherie dominait le talent, comme le montrent les tableaux du Caravage et de De La Tour (Joseph L Goldstein « Les joueurs de cartes de Caravagio, Cézanne et Mark Twain : Conseils pour obtenir la chance dans la recherche high-stakes NATURE MEDECINE,  Octobre 2011).

Dans “Le Tricheur à l’as de carreau” de Georges de La Tour (1593-1652),  qui représente les tentations des femmes, du vin et du jeu, tout se joue dans les différents regards : celui, oblique, de la courtisane vers la servante qui s’apprête à lui servir du vin, celui du tricheur avec les cartes dans le dos et celui du jeune homme sur la gauche, probablement innocent.

Comme le remarque Goldstein, les joueurs sont tellement concentrés qu’ils préfèrent regarder les cartes que se regarder entre eux. Meyer Shapiro,historien de l’art américain, a décrit le tableau comme à la fois “collectif et solitaire”. Pour Goldstein, le contraste entre Les Tricheurs et Les Joueurs de cartes est vraiment frappant.

“Contrairement au chef-d’œuvre du Caravage, Cézanne ne montre aucune tricherie, aucun argent sur la table, aucun élément dramatique, aucune magouille, aucune tenue extravagante et  présente, sans équivoque, les jeux de cartes comme un sujet très sérieux. Pour lui, la clé est la concentration. La chance n’a pas d’importance lorsqu’il n’y a ni distraction, ni tricherie comme chez Le Caravage. En termes d’importance, Le Caravage penche pour la chance et Cézanne pour le talent.”

1 thought on “Cartes à jouer et peinture”

Laisser un commentaire