1 thought on “Carnet de bord, de Menton à Port Camargue”

  1.  » le ciel était trop bleu, trop tendre
    La mer trop verte et l’air trop doux  »

     » Des oiseaux blancs volaient alentour mollement
    Et des voiles au loin s’inclinaient toutes blanches  »
    Verlaine ( Romances sans paroles )

    Merci Michel pour ces merveilleuses aquarelles ….

Laisser un commentaire