Cette lettre ,postée le 5 juillet 1940 à Graveline dans le Nord, à destination de Bergues et arrivée le 7 ,mérite une attention tout particulière :

Scan10058

Lorsque l’Allemagne nazie lance sa grande offensive sur les Ardennes, le 10 mai 1940, la Wehrmacht ne se dirige pas sur Paris , comme le pense l’Etat-major français, mais opère un mouvement tournant afin d’encercler les troupes franco-britanniques qui s’étaient avancées en Belgique pour contrer l’offensive allemande sur la Belgique.

Le 25 mai 1940, les Allemands prennent Boulogne sur Mer. La France est déjà coupée en deux : Calais et Dunkerque sont isolées du reste du pays. Dans les semaines qui suivent, la préoccupation des alliés est de rembarquer les troupes à Dunkerque. C’est l’opération  « Dynamo ».

Brenet-Operation-Dynamo-1940

Albert Brenet Opération Dynamo

Lorsque le 4 juin, les défenseurs de la ville déposent les armes, 200 000 Britanniques et 130 000 Franco-Belges ont réussi à rejoindre l’Angleterre. Le drapeau à croix gammée flotte sur le phare de Dunkerque et c’est l’Occupation.

2896409213_small_1Malgré les nombreuses difficultés, le courrier continue à fonctionner dans le Nord de la France. Fin juin, le receveur du bureau de Coudekerque obtient des autorités allemandes de faire circuler des correspondances dans l’arrondissement de Dunkerque à condition que les timbres soient revêtus d’une griffe spéciale Zone d’occupation nord de la France:

« Besetztes Gebiet Nordfrankreich »

index131_001

L’instruction venue d’un mystérieux officier allemand qui était peut-être philatéliste, est appliquée à partir du 1er juillet et jusqu’au 9 août 1940, période très courte, ce qui explique la rareté de ces courriers. Une seconde griffe a été utilisée à Dunkerque dans les mêmes conditions. Les timbres à 40 et 50 centimes type Mercure ont été surchargés par paires horizontales, pour servir sur les cartes postales (80centimes) et les lettres (1 franc). Les paires les plus communes sont celles à 50 centimes surchargés à Dunkerque (coins supérieurs arrondis) comme le montre notre lettre.
Pour préciser un peu plus les dates d’utilisation de ces griffes, un courrier daté de février 1941, écrit par M. Berton, receveur du bureau de Coudekerque en juin 1940, précise que deux cachets ont été commandés par la Kommandantur, l’un a été donné au bureau de Dunkerque, l’autre à Coudekerque,le 1er juillet 1940.
A compter du 10 août 1940, ces cachets ont été mis sous clef, pour éviter une utilisation accidentelle, puis sous enveloppe scellée, après martelage, et remis au directeur d’exploitation postale. Ils sont actuellement conservés au Musée de la Poste.

Il faut noter que la griffe de Dunkerque est tombée en cours de service, ce qui en a arrondi le bord supérieur, celle de Coudekerque étant restée rectangulaire.

A partir du 1er août 1940 les échanges de correspondances entre les zones Nord Sud sont interdits, le 26 septembre le courrier peut circuler, mais de façon limitée par cartes de correspondances inter-zones.

Scan10061 Les correspondances par lettre sont interdites. L’utilisation de timbres mobiles (qui pourraient cacher des textes subversifs) est également prohibée.
Le service postal dans le territoire occupé de la France sera admis au fur et à mesure du rétablissement des voies de communication.
La lettre que nous venons d’examiner fait partie de correspondances assez rares, ayant circulé sur un temps très limité-un peu plus d’un mois-sur l’arrondissement de Dunkerque, recherchées par les philatélistes.Elle témoigne du fonctionnement du service postal au cours d’une période très difficile dans le département du Nord sous l’occupation allemande.

Catégories : Histoire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :